La bibliothèque municipale de Moriyama

La bibliothèque municipale de Moriyama ou la bibliothèque « forêt »

La ville de Moriyama

A trente kilomètres de Kyōto, accessible par le train en une demi-heure, Moriyama est l’une des villes du Keihanshin, la région métropolitaine constituée par la conurbation des trois villes les plus peuplées que sont Kyōto, Ōsaka et Kōbe. L’ensemble représente dix-neuf millions d’habitants, soit près de 15% de la population totale du Japon. Moriyama se situe dans la Préfecture de Shiga où se trouve le plus grand lac du pays, le lac Biwa.

En quarante-et-un ans, la population de Moriyama a presque doublé. En 1978, il n’y avait que 43 381 habitants. En 2019, on en comptait 82 132. Le développement économique et l’afflux des populations vers les villes expliquent cet essor, favorisé par un parc immobilier bon marché. Fait notable, même si la population vieillit comme partout, la municipalité continue à comptabiliser de nouveaux habitants.

Au même titre que les autres villes limitrophes, dont Otsu, la capitale de la préfecture, Moriyama est l’une de ces cités « dortoir » dont une part importante de la population fait tous les jours, via la ligne JR Tōkaidō (Japan Railways), le trajet aller et retour pour se rendre sur son lieu de travail à Kyoto ou Osaka.

La ville ne manque pas d’atouts pour autant. Donnant sur le lac Biwa, elle est l’une des étapes de la route, dédiée au cyclotourisme, qui entoure le lac. Elle possède quelques temples, témoignages du temps passé. Et surtout, elle peut s’enorgueillir de posséder l’un des plus beaux musées de la région, le musée Sagawa, à l’architecture exceptionnelle.

Une ancienne bibliothèque, petite, vieille et inadaptée

La ville de Moriyama a eu sa première bibliothèque assez tardivement. Construite en 1978, elle était de taille modeste avec ses 600 m2. Devenue trop petite, elle fait l’objet de travaux de rénovation et d’extension importants en 1981, et atteint une superficie totale de 2688 m2. Avec les années, le bâtiment se dégrade et demande régulièrement des travaux de réparation : imperméabilisation des toits, réfections des murs, travaux de rénovation sismique.

En 2009, la ville rédige un rapport sur la situation de la bibliothèque et les problèmes récurrents qu’elle rencontre. Les conclusions sont sans appel. Vétuste, le bâtiment est devenu trop étroit. Les salles de lecture sont exigües. Les collections sont obsolètes et peu variées,  le libre-accès est insuffisant. Les places de parking manquent. Une enquête lancée auprès des citoyens en 2010 confirme l’état des lieux et invite les répondants à formuler leurs attentes, la mairie étant décidée à améliorer la situation.

Le projet de la nouvelle bibliothèque

Initialement, la mairie prévoit un nouveau chantier d’extension-rénovation.  Elle finit par opter pour un nouveau bâtiment. L’augmentation importante de la population, les évolutions de la société, les besoins des citoyens qui se sont diversifiés, le vieillissement d’une population qui recherche des lieux pour des activités  communautaires sont les éléments qui ont pesé sur la décision.

En prévision, la mairie a acheté en complément un terrain constructible à côté de la bibliothèque. A la fin de 2015, une procédure d’appel d’offre est lancée pour sélectionner le cabinet d’architecte. Les citoyens seront invités à des ateliers participatifs pour exprimer leurs souhaits au cours de l’année 2016. Une fois l’ancienne bibliothèque détruite, et les fouilles archéologiques terminées, les travaux de construction démarrent en février 2017 et s’achèvent en juillet 2018. La bibliothèque ouvre le 1er novembre 2018.

Le choix d’un architecte de renom, Kuma Kengo

Lauréat 2016 du Global Award for Sustainable Architecture, Kuma Kengo, qui a des bureaux à Tokyo et à Paris, est réputé pour avoir remis à l’honneur le bois dans les constructions contemporaines, en faisant appel à des techniques issues de l’architecture traditionnelle japonaise.

En activité depuis les années 90, la liste de ses réalisations au Japon et à l’étranger est conséquente. Parmi les chantiers les plus importants, il y a le nouveau stade de Tokyo pour les jeux olympiques de 2020.  C’est d’ailleurs en découvrant le stade national de Yoyogi pour les jeux olympiques de 1964 de Tokyo que naîtra, selon ses dires, sa vocation d’architecte.  Parmi ses constructions en bois emblématiques, le Yusuhara Wooden Bridge Museum est un incontournable. Il est l’un des cinq bâtiments que Kuma Kengo a fait construire dans la petite ville de Yusuhara, dans l’île de Shikoku. Parmi eux figure une très belle bibliothèque, ouverte également en 2018.

Faire de la bibliothèque un lieu d’apprentissage, de rencontre et de vie

Le concept retenu est de faire de la bibliothèque un lieu de rencontre entre les hommes et des livres, et de mettre les hommes, des enfants jusqu’aux anciens, toute population confondue, en relation les uns avec les autres. La bibliothèque doit aider les citoyens à se former tout au long de la vie. Le programme a fixé trois axes de développement avec, en premier lieu, un effort significatif sur l’accroissement des collections. En second lieu, la future bibliothèque a vocation à être un lieu culturel qui organise de nombreuses activités et animations. Enfin, la bibliothèque, créatrice de liens, doit nouer des collaborations et des partenariats avec les institutions et les autres organismes de la ville, écoles, musées, hôpitaux, résidences de personnes âgées, etc.

Une bibliothèque où le bois prédomine

A l’extérieur comme à l’intérieur, le bois prédomine. Seul bâtiment du quartier dont les façades sont entièrement en bois, la structure étant en béton, la bibliothèque de Moriyama, est aisément reconnaissable, avec ses toits en pignon, en pente douce. Composé de six petites « maisons » de hauteur variable, l’édifice avec ses toits s’inspire de l’agencement des maisons traditionnelles japonaises de la ville. Les formes des motifs, rayés et grillagés, rappellent, elles aussi, des motifs issus des constructions traditionnelles.

Entrée principale

Environné de maisons d’époques plus anciennes, la nouvelle bibliothèque s’insère harmonieusement dans le quartier. L’environnement est boisé. Kuma l’a intégré dans la bibliothèque. Selon les saisons, on peut contempler, par les grandes baies vitrées des salles de lecture, la floraison des cerisiers au printemps ou les changements de couleur des feuilles d’érables pendant l’automne. Deux terrasses ont été aménagées pour profiter pendant le beau temps de cet environnement naturel.

Les abords ont été réaménagés avec des parkings plus grands pour les voitures. Deux emplacements dont un très grand du coté de l’entrée principale permet de garer les vélos. 

Bibliothèque de Moriyama – Parking à vélos

Un complexe avec trois « forêts« 

Trois parties composent le bâtiment : une bibliothèque, un espace avec des salles de groupe, et entre les deux, un grand hall d’entrée. Chaque partie porte un nom.

La « Hon no mori », la « forêt de livres », pour la bibliothèque. Le Kimorebi Hiroba, le « lieu où la lumière du soleil filtre à travers les arbres » pour le hall d’entrée Et le « Tsunagaru mori », la forêt « connectée » qui regroupent trois salles communes, proposées à la location pour des sommes modiques.

Le « Kimorebi Hiroba » ou le « lieu où la lumière du soleil filtre à travers les arbres »

Le hall est non seulement un lieu de passage mais c’est aussi un lieu de rencontre avec un espace d’exposition, la Galerie, et un café. La Galerie et le café servent régulièrement pour des évènements temporaires. Les réunions de soutien à l’entreprenariat et à l’emploi, et les présentations d’entreprises, sont organisées en collaboration avec la Division du commerce et du tourisme industriel, et la Chambre de commerce de la ville.

Bibliothèque de Moriyama – Hall d’entrée – Kimerobi Hiroba

La nouvelle bibliothèque

La bibliothèque est un grand espace ouvert, avec une très grande hauteur de plafond. Elle est organisée sur deux plateaux. Le second niveau est une mezzanine. 

Bibliothèque de Moriyama – Vue d’ensemble

Le premier niveau, le rez-de-chaussée, est orienté vers les usages ludiques et de loisirs. On y trouve la bibliothèque pour enfant, la salle de lecture des journaux et des magazines et un petit espace audiovisuel. 

Bibliothèque de Moriyama – Espace de l’Heure du conte

Le second niveau est tourné vers l’étude avec des salles de travail, et des collections générales et spécialisées. Un effort particulier a été fait en direction des collégiens et des lycéens avec deux espaces pour le travail individuel. Un grand escalier, en face de la banque centrale de service,  permet de relier les deux étages.

Bibliothèque de Moriyama – Mezzanine

Par rapport à l’ancienne bibliothèque, le gain de surface est d’un tiers avec une superficie totale de 4167 m2. Les salles sont spacieuses et lumineuses.

Les collections ont été enrichies, avec une grande bibliothèque pour les enfants, des fonds spécialisés dans l’entrepreunariat et la santé, et une collection pour les jeunes adultes. On dénombre plus de 200 000 volumes, 9000 titres de CD et DVD et 300 titres de journaux et magazines.

La forêt connectée

Dans la « Tsunagaru no mori », la grande salle polyvalente de 120 places sert à des usages multiples. Elle accueille des conférences, des concerts, des représentations de pièces de théâtre, des séminaires et des expositions. On peut aussi louer un studio insonorisé d’enregistrement et de répétition musicale avec des instruments de musique, batterie, synthétiseur, table de mixage.

L’ensemble est géré par la bibliothèque.

Dès l’ouverture, le succès a été immédiat avec une fréquentation et des statistiques d’emprunt en très forte hausse. En 2019, la bibliothèque a multiplié par dix son nombre d’abonnés.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :-)

Laisser un commentaire

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bayon
Bayon
7 mois il y a

bravo ! comme d’habitude , c est très intéressant ! bises jacqueline ( je t’appelle sous peu !)