Le centre d’information et la nouvelle bibliothèque municipale de Sapporo

En 2019, un an après son ouverture en octobre 2018, la bibliothèque municipale de Sapporo et le centre d’information recevaient le Prix de la bibliothèque de l’année et le Prix du public.  Avec un concept qui a manifestement séduit : « simplifier le travail » voire même « simplifier la vie« .

La ville de Sapporo

Capitale de la préfecture d’Hokkaido, littéralement, le chemin vers la mer du Nord, située au sud-ouest de l’île, Sapporo avec près de deux millions d’habitants est une grande métropole à l’américaine, avec des grattes-ciel et des grandes avenues. Elle possède plusieurs espaces verts, dont le Parc Odori en centre-ville, véritables « poumons » de la ville. Capitale économique, culturelle et touristique de la préfecture, Sapporo a donné son nom à une célèbre marque de bière. Les anciennes brasseries en briques rouges ont été transformées en musée. C’est aussi une grande ville universitaire. Fondée en 1876, avec un collègue d’agriculture, l’Université d’Hokkaido a fait partie des sept universités impériales. Avec le tourisme, la filière agricole est le secteur d’activité le plus dynamique de la région.

Le réseau documentaire de la ville de Sapporo

La première bibliothèque a été construite en 1902. Actuellement, la ville possède un réseau de quarante-sept unités documentaires avec une grande bibliothèque centrale, onze bibliothèques de quartier, et près de vingt-cinq points documentaires dotés des petits équipements ou des points de desserte. Dans la grande station de métro Odori, une desserte a été implantée pour rendre ou emprunter des documents. Un service particulièrement apprécié dans cette station journellement très fréquentée.

La nouvelle bibliothèque municipale et le centre d’information

Le projet remonte aux années 2013-2014, et est venu combler l’absence d’une bibliothèque moderne en plein centre ville, la bibliothèque centrale ayant l’inconvénient d’être à trente minutes en transport en commun du centre. A proximité de la grande gare, non loin du Campus de l’Université d’Hokkaido, proche de la tour de l’Horloge, l’un des plus vieux bâtiments de la ville, la nouvelle bibliothèque est installée dans le Sapporo Community Plaza.

Ce complexe, de plus de neuf étages, est composé du Sapporo Cultural Arts Theater Hitaru, du Sapporo Cultural Arts Community Center (SCARTS) et de la nouvelle bibliothèque. A proximité de la station de métro Odori, à l’intersection des trois lignes de métro de la ville, Namboku, Tozai et Toro, le Sapporo Community Plaza est très facile d’accès. 

Visiter la nouvelle bibliothèque municipale de Sapporo

Le concept de la nouvelle bibliothèque de Sapporo

Le concept de base est de proposer un endroit où les usagers pourront résoudre les problèmes de la vie quotidienne. Dès le départ, les concepteurs ont voulu s’adresser à la population active du quartier, composée d’hommes et de femmes d’affaires, et de visiteurs se déplaçant pour des motifs professionnels. Le Sapporo Community Plaza est au beau milieu d’une quartier de bureaux et d’affaire, avec des centres commerciaux. Le concept a été résumé par la formule « simplifier le travail, le but étant d’attirer un segment qui ordinairement ne fréquente pas les bibliothèques. 

Des collections organisées en fonction des usages

Par les choix qui ont été faits, cette bibliothèque se démarque des autres bibliothèques publiques. Par ses collections d’abord. S’adressant à un public d’adultes, il n’y a pas de fonds pour les enfants. Les fonds documentaires sont organisés autour de trois grands thématiques avec les espaces Work (25 000 ouvrages),  Life (10 000 ouvrages) et Art (5 000 ouvrages). La Nippon Decimal Classification, adaptation japonaise de la célèbre classification Dewey, a été partiellement abandonnée au profit d’une approche thématique partant du questionnement de l’usager. Il y a à disposition deux fonds complémentaires, un fonds sur la cuisine, et un autre sur les voyages. Un fonds sur Sapporo est consultable au premier niveau. Bien marquée, chaque zone est identifiable grâce à une signalétique très claire et par un code couleur. Toutes les collections sont en accès libre. Compte tenu de la petitesse de la bibliothèque, 1 500 m2 au total, il n’y a pas de magasin.

Des collections à consulter sur place

Une autre différence notable est que les collections, livres, journaux et magazines, ne peuvent pas être empruntées. Le prêt étant une opération qui rend, de fait, un document indisponible, les concepteurs ont choisi de mettre à disposition la collection uniquement sur place, ce service n’étant, non plus, adapté à un public, par nature, de passage. On peut toutefois sortir un livre de la bibliothèque et aller un boire une consommation dans le café d’à côté, le Morihico Art Theater. On peut aussi apporter sa boisson à la bibliothèque.

Réservation obligatoire

Afin d’être sûr d’avoir une place, la réservation des places de travail est nécessaire. A l’exception des places de détente, situées dans les deux salons, les places de travail, toutes numérotés, sont réservables, à distance ou sur place. On compte des places individuelles dans la salle de lecture, des places de consultation de bases numériques (25 bases) ou encore des places de groupe (2 à 4 places). Non utilisée, la place est libérée au bout de quinze minutes. En cas de disponibilité, il est possible de renouveler la session qui est de 90 minutes. La réservation est gratuite. Le wifi est dans toute la bibliothèque.

Des zones de silence et des zones pour parler

Il est possible de parler dans la bibliothèque, à condition de respecter une certaine discrétion. Il y a néanmoins deux cabines insonorisées pour passer des coups de téléphone. Pour ceux qui souhaitent un silence absolu, la bibliothèque est dotée d’une salle de lecture, la Reading room, avec une grande table filante le long d’une paroi vitrée qui donne sur la rivière Sosei. Du même coté, deux petites salles de travail en groupe sont réservables pour travailler en petit comité.

Organisation des espaces

La bibliothèque est sur deux niveaux. Au niveau 1, sur 300 m2, la bibliothèque propose une collection sur Sapporo et des nouveautés présentées. C’est une zone de détente avec un salon. Il y a une banque d’accueil pour récupérer ou rendre les ouvrages empruntés dans les autres bibliothèques du réseau. Un grand écran présente les beautés de la région. Avec un fond sonore, l’ambiance est celle d’un café ou d’un espace lounge.

Le niveau 2 est un rectangle séparé une grande diagonale, une grande allée centrale qui dessert l’ensemble, avec, à gauche, le fonds sur l’art et à droite, le salon et le fonds sur les voyages. La forme rectangle a été utilisée à trois reprises pour matérialiser des sous-zones, avec la zone de la banque d’accueil, celle du salon ou la collection Art.

Confort et esthétique

Pour le confort visuel, les concepteurs ont choisi un éclairage avec une température de couleur chaude. À l’exception de la salle de lecture et des salles de travail en groupe, tout est en open space. La présentation des collections a été confiée à Yoshitaka Haba, un professionnel déjà sollicité pour la Nakanoshima children’s book forest. Les mobiliers, assises, étagères, ont fait l’objet d’un soin particulier.

Les nouveautés sont isolées dans un « hakoniwa », littéralement un « jardin miniature ». Un encadré rouge, amovible, se fixe sur les étagères. 

Les assises se signalent par leur diversité. L’ensemble est harmonieux, sobre avec des touches plus vives de couleur.

Avec cette dernière réalisation, le réseau des bibliothèques publiques de Sapporo s’est doté d’une bibliothèque de prestige. Les auteurs du projet comptaient sur une fréquentation annuelle de 300 000 entrées. Le succès a été au-delà de leurs espérances, avec un million d’entrées un an après son ouverture. 

 

Si vous avez aimé cet article :-), vous êtres libre de laisser un commentaire :

 

 

 

 

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :-)

Laisser un commentaire

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
rico113
1 mois il y a

Très bel article à nouveau! Le Japon par les bibliothèques ou comment ressentir l’archipel par les étagères du savoir.